Le Tourisme

 

L'année 2006 a connu une activité touristique très satisfaisante. Tous les indicateurs sont au vert, les nuitées enregistrées dans les établissements d'héberdegement touristique classés ont connu une hausse de +7% et le taux d'occupation s'est amélioré de +2 points. Les nuitées des non-résidents ont progressé de +9% sur l'année. Toutes ces performances sont en partie le fruit des différentes actions menées : Ainsi, au niveau du Marketing et de la promotion, 49 accords de commercialisation ont été signés avec des Tours opérateurs et des leaders de la distribution dans le domaine touristique, et ont concerné surtout les marchés stratégiques (9 accords ont ciblé le marché français, 8 le Royaume Uni, 6 l'Allemagne et 5 l'Espagne). La même politique volontariste est adoptée dans le secteur de l'aérien dont le nombre global des fréquences hebdomadaires a enregistré une augmentation de +10% par rapport à 2005 et de +10% pour le point à point (hors hub de Casablanca). Ces différentes actions ont eu un effet très positif sur l'évolution des nuitées touristiques aussi bien par marché que par destination. Ainsi donc, la majorité des destinations ont affiché des résultats positifs en comparaison avec 2005 : Agadir (+11%, soit +473 000 nuitées), Marrakech (+7%, soit +350 000 nuitées), Casablanca (+10%, soit +115 000 nuitées), Rabat (+9%, soit +47 000 nuitées) et Tanger (+3%, soit +25 000 nuitées). De même pour les marchés potentiels, les résultats sont satisfaisants : augmentation à deux chiffres pour le marché britannique (+40%), espagnol (+17%), et italien (+11%), et à un chiffre pour le marché allemand (+9%) et français (+3%). Globalement, le volume des nuitées déclarées par les hôteliers dépasse en 2006, de près de 30% l'ancien record de 2001. L'équilibre demande/offre a subi aussi quelques modifications positives, en parallèle de l'injection de près de 10 000 lits additionnels sur le marché, Le taux d'occupation moyen des chambres a maintenu une hausse de +2 points. La meilleure performance en terme de taux d'occupation est réalisée par les établissements d'hébergement classés à Agadir avec une augmentation de +6 points. La ville de Marrakech, avec une évolution de sa capacité de +14%, a vu son taux d'occupation, en moyenne annuelle, toutes catégories confondues, se consolider à 68%. Les autres destinations ayant affichées des bons résultats sont Casablanca (+5 points) et Rabat (+3 points).


Le nombre de nuitées réalisées par les établissements touristiques classés en décembre 2006 affiche une hausse de l'ordre de +11% par rapport à la même période de l'année dernière. Cette progression bénéficie à la plupart des destinations touristiques du Royaume. En terme de volume, Marrakech réalise la hausse la plus forte (+57 000 nuitées, soit +16%), suivie d'Agadir (+33 000 nuitées, soit +12%), Rabat (+9 000 nuitées, soit +21%) et Casablanca (+7 000 nuitées, soit +8%). Ces quatre destinations ont généré plus de 90% du total des nuitées additionnelles. L'analyse par marché fait apparaître une importante évolution des nuitées des non résidents. Ainsi, la France progresse de +5% (+15 000 nuitées), le Royaume Uni +42% (+31 000 nuitées), l'Allemagne +13% (+8 000 nuitées), l'Espagne +26% (+18 000 nuitées) et enfin l'Italie +18% (+7 000 nuitées). Le volume national des nuitées en décembre 2006 représente un peu plus du double de volume réalisé en décembre 2001 (année du plus haut du cycle précédent). Le taux d'occupation à l'échelle nationale s'est amélioré de 2 points pour atteindre 40% en décembre 2006 au lieu de 38% une année auparavant et ce, malgré une hausse de la capacité nationale d'hébergement d'environ 7%. Au cours de cette période, Marrakech et Agadir affichent les taux les plus élevés (56% pour Marrakech et 52% pour Agadir), suivie de Rabat (52%) et Casablanca (48%).


Au cours de l'année 2006, 8.5 millions passagers internationaux ont transité par les aéroports internationaux du Royaume, soit presque 1.330.000 passagers supplémentaires par rapport à l'année précédente. Près de la moitié des passagers (49%) sont passés par le Hub de Mohamed V. Les aéroports des deux principaux pôles touristiques du Royaume, en l'occurrence Marrakech Ménara et Agadir Al Massira, drainent des parts respectives de 27% et 12%. Ces trois aéroports affichent des performances à deux chiffres : +18% pour Mohamed V, +26% pour Marrakech Ménara et +11% pour Agadir Al Massira.


Au terme de l'année 2006, les recettes voyages en devises générées par le tourisme ont progressé de +29% par rapport à la même période de l’année dernière. Elles ont atteint 52,9 milliards de dirhams, soit une hausse, en terme de volume de 12 milliards de dirhams. Pour le mois de décembre, Ces variations sont de +57% en terme relatif et de +1.8 milliards en absolu.

Objectifs à l’horizon 2010

- 10 millions de touristes
- 7 millions de touristes hébergés en hôtels classés
- 5 nouvelles stations balnéaires
- 3 milliards d’investissements
- 20 % PIB
Cascades Ouzod - Beni MellalLe secteur touristique qui a été secoué par de nombreuses crises au cours de la décennie ( première guerre du Golfe, attentats de Marrakech, Intifada de 1999, dernièrement les attentats du 11 septembre et la dernière guerre du Golfe) semble globalement bien résister. Depuis 1999, les investissements à long terme ont permis la création de 21.526 lits et 8.927 emplois directs. Si le Maroc dispose d’atouts non négligeables représentés par ses 2 façades maritimes avec un important potentiel de développement du tourisme balnéaire, des villes historiques, des montagnes vierges et des déserts pouvant favoriser un tourisme d’aventure à plus forte valeur ajoutée, c’est un secteur encore lourdement pénalisé par : le Foncier - la Fiscalité - le Financement - la Formation professionnelle.

Aujourd’hui, un seul mot d’ordre : 10 millions de touristes à l’horizon 2010. Ce programme connu sous le nom de Vision 2010 a été présenté par le Roi lors des assises nationales du tourisme de Marrakech en janvier 2001. Concrètement, ce programme s’est traduit par la signature d’un accord cadre entre la Fédération du Tourisme de la Confédération Générale des Entreprises Marocaines et l’Etat marocain ainsi que la proposition d’une loi sur le tourisme. Le Maroc ambitionne donc de passer, en l’espace de 10 ans, de la 39e à l’une des 20 premières destinations mondiales. Sous l’impulsion de l’accord cadre, a été lancé le Plan Azur. Il s’agit de développer six nouvelles zones à haut potentiel situées à proximité des aéroports : Khmis Sahel (Larache) / Mogador-Diabet (Essaouira) / Saïda Ras El Ma (Oujda), El Haouzia (El Jadida), Taghazout-Plage Blanche (Guelmim).La réalisation de ces sites permettra de doubler la capacité d ‘hébergement, en portant le nombre total de lits à 180.000. Le principe de développement de ces zones est simple : l’Etat confie à un organisme privé la charge d’aménager puis de vendre des zones foncières prêtes à l’emploi. L’Etat pour sa part, se charge des infrastructures hors sites ( eau, électricité…). La sélection de ces aménageurs - développeurs a débuté au premier trimestre 2003.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site